Rechercher
  • Info Covid

2. L’immunité contre le coronavirus SARS-CoV-2

Episode 2 : La bataille des adjuvants



On parle souvent d’adjuvant…mais qu’est-ce qu’un adjuvant ? Dans quelles technologies vaccinales en utilise-t-on ? Et dans quels buts ? Avant de retracer l’épopée de l’aluminium, il faut répondre à ces quelques questions.


Un adjuvant est une molécule dont le but est d’augmenter l’immunogénicité d’un vaccin inactivé. Le principal adjuvant utilisé est l’aluminium. On le retrouve donc dans la très grande majorité des vaccins administrés aux enfants depuis plus de 80 ans. Son innocuité a été remise en question dans les années 90…

Voici son histoire…


La MFM

En 1998, l’équipe du Pr Gherardi rapporte dans The Lancet une série de 18 patients adultes présentant des douleurs musculo-squelettiques, une fatigue, une faiblesse musculaire et de la fièvre. On notait des anomalies des examens complémentaires (élévation des CPK, modification de l’électromyogramme). Les biopsies musculaires réalisées dans le deltoïde (muscle du bras dans lequel sont réalisés les vaccinations) retrouvaient des lésions nouvelles nommées par les auteurs « myofasciite à macrophages » … Ainsi vit le jour la MFM.


10 de ces patients ont reçu des antibiotiques et des corticoïdes, permettant une amélioration de 8 d’entre eux. Il est alors demandé aux principaux centres de myologie français de revoir leurs lames de biopsies musculaires atypiques sur les 30 dernières années. Ainsi, grâce à un système efficace de traçabilité, sont ajoutés 35 cas, le premier datant de 1993. En 2012, cette même équipe fait état de 450 cas de MFM diagnostiqués depuis le début de leur étude. Notons que pour la seule année 2012, 10 millions de doses vaccinales contenant de l’aluminium ont été administrées.


En 2012, 10 millions de doses vaccinales contenant de l'aluminium ont été administrées

L’équipe du Pr Gherardi retrouvant des grains d’aluminium appelés granulomes dans les biopsies musculaires de deltoïde, émet les hypothèses successives suivantes au cours des années :

  • la MFM est liée à la présence des granulomes d’aluminium (qu’ils considèrent comme non pathologiques avant un délai variant au fil des publications), sans vérifier la présence dans des biopsies d’autres muscles. L’hypothèse est donc fragile.

  • les granulomes d’aluminium migrent dans le cerveau et provoquent des troubles cognitifs. Le diagnostic de ces troubles cognitifs n’est pas bien protocolisé et s’avère non reproductible. Par ailleurs, des modèles animaux ont montré qu’en l’absence d’anomalie génétique associée, les particules issues de la dissolution des granulomes d’aluminium sont encore trop volumineuses pour passer la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau de nombreuses agressions toxiques et bactériennes. Bien que cette barrière soit plus perméable chez les nourrissons, la cohorte du Pr Gherardi ne décrit pas de cas chez les enfants.

  • à l’international, seulement quelques cas isolés de MFM sont décrits, sans mettre en évidence de lien avec la vaccination

Si effectivement l’aluminium était dangereux, vu les dizaines de millions de doses injectées au cours des 50 dernières années, et une couverture vaccinale supérieure à 90 % de la population française pour certains vaccins comme celui du DTP (diphtérie-tétanos-poliomyélite), avec les méthodes de traçabilité permettant de remonter dans les archives sur tout le territoire, c’est bien plus qu’un millier de cas que l’équipe du Pr Gherardi aurait pu compiler.

Un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique éclaire le sujet

Si vous souhaitez en savoir plus

N’hésitez pas à consulter le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique qui retrace avec précision et pédagogie tout le parcours de recherche autour de la MFM (Aluminium et vaccins Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique 11 juillet 2013). Vous pourrez également y lire que l'état de nombreux patients a été amélioré grâce à des traitements par cortisone et/ou antibiotique.


Note

On ne retrouve pas d’adjuvant dans tous les vaccins. Celui contre la grippe par exemple n’en contient pas.


Lexique

Immunogénicité : potentiel d’un vaccin à provoquer une réponse immunitaire permettant d’être protégé sur une certaine durée contre un agent infectieux.


Sources

1. Aluminium et vaccins - Rapport du Haut Conseil de la Santé Publique. 11 juillet 2013

2. http://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/vaccins-et-vaccinations


Proposé et rédigé par le docteur Sophie Laruelle.

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Où se faire tester ?

Développé par le service communication de la CCTLB.